3 jours dans le Bush Australien. De Uluru-Kata Tjuta National Park à Kings Canyon : Aventures & Emotions au programme.

Parce que certains territoires appellent à l’authenticité, aux expériences « Into the Wild », en immersion la plus complète possible, on ne fait pas – on ne vit pas l’Outback australien, comme on se rend dans le Queensland ou en South Australia.

L’Outback se vit intensément, profondément, pour être au plus proche de cette terre rouge, qui non seulement éblouie par la beauté des paysages naturels qu’elle offre, mais aussi par les histoires et la vie aborigène dont elle est chargée, et qui rayonnent de toutes parts.

Il faut la respirer cette Terre Rouge, il faut en porter sur ses vêtements, ses affaires, ne pas avoir peur de transpirer, ni de dormir dehors, ou d’être envahi par ces fameuses Sand Flies (petites mouches ultra collantes) pour connaître le Bush Australien. Et surtout, quelle importance d’être guidé dans la compréhension de cette partie d’Australie. Uluru, et tout le Parc National de Kata Tjuta – Many Heads, en dialecte aborigène, sont loin d’être uniquement des roches sorties du désert. En dehors de l’explication géologique passionnante qui relate la formation de ces derniers, toute une symbolique aborigène en émane, et insuffle à ce lieu, le plus grand des respects.

Je voudrais remercier avant tout le formidable guide Jake, de la compagnie WayOutback Australian Safaris, avec qui j’ai embarqué 3 jours à la découverte de ce territoire, pour avoir donné un autre sens à ma vision de ce dernier. Quelle chance d’être tombée sur ce passionné et grand connaisseur de la Culture Aborigène, dont les incroyables yeux turquoise n’otent rien au plaisir de l’écouter.

Oui, ce gros bloc rougeoyant, trônant au milieu du désert, que l’on voit apparaître après des centaines de kilomètres, depuis Alice Springs, dans un décor aride. Une alternance de tons jaune, ocres puis carrément rouge, contrastant à merveille avec le bleu intact du ciel. Le voyage commence… On l’appelle Uluru. C’est un monolithe, le deuxième plus grand en Australie, ce qui en fait son côté spectaculaire. Mais Uluru et le Parc de Kata Tjuta, représentent le socle de la culture aborigène – où toutes les histoires de la Création de la Terre « DreamTime », pour le peuple Anangu – originaire du territoire de Kata Tjuta, sont transmises de générations en générations, par voie orale, et où les enseignements et leçons de vie, se font nombreux.

Pour information, le peuple Aborigène vient des Homosapiens d’Afrique, environs 75 000 ans auparavant, et l’on estime que leur voyage jusqu’en Australie, aurait pris environs 10 000 ans. Après cette traversée, ils se seraient dispersés à travers la planète, créant la vie et instaurant leur culture une fois sédentarisés.

La culture Aborigène est effectivement une culture de tradition orale, partagée et transmise par le chant, la danse et autres formes artistiques. Chaque groupe ayant son propre dialecte, ses propres rituels mais aussi ses propres récits sur les origines du Monde… Si vous êtes chanceux, ou bien guidé lors de votre exploration, quelques unes de ces histoires vous seront contées… et je l’espère changeront votre regard sur ce lieu, comme cela a changé le mien.

Bref, lorsque l’on part à la découverte de l’Outback sur 3 jours avec WayOutback Australian Safaris, c’est à une réelle expérience du bush australien que l’on se confronte, pour le plus grand des plaisirs !

Bush Fire, Bush Camp, Swags, des mots qui résument l’aventure que l’on y vit, l’excitation – (et appréhension première?!) de dormir dehors, avec ce seul sac que les australiens appellent Swag, puis des mots que l’on est triste de ne plus avoir à prononcer à la fin du Road Trip…

Dormir à la belle étoile – aux milliers d’étoiles devrais-je dire tant les ciel en est pourvu, et fermer les yeux pour s’endormir après un tel spectacle : n’est-ce pas le rêve de tout explorateur ! Tout en sentant un vent légèrement chaud et apaisant souffler sur son visage durant la nuit… Moi qui pensais très honnêtement ne pas dormir à cause du bruit, des insectes ou autres joies de la Nature, c’est l’une des meilleures nuits que j’ai passées en Australie.

(Un peu à l’image de la nuit passée dans le désert jordanien du Wadi Rum, une autre belle aventure..! A retrouver pour les curieux ici).

Et comme le dit si justement Jake, « Why sleeping in a Five Stars Hotel when you can sleep in a Hundreds of Thousands Stars Place… » Je pense que cela résume à merveille les richesses de la vie dans l’Outback Aussie.

Même si douches, sanitaires, cuisines abritées sont accessibles dans le campement. On ne renonce pas à tout non plus !

Sur ces trois journées, trois temps forts :

1/ Uluru, que l’on découvre de l’extérieur, de l’intérieur, que l’on admire à la lueur du couchant ainsi qu’à celle du levant… Difficile de s’en détacher.

On apprend sur place que la culture Anangu est basée sur Tjukurpa, qui peut être décrit « comme la force qui unit le peuple Anangu avec leur terre, la formation et la base de leur culture. Ceci inclut la loi, la religion, l’héritage, des relations humaines et des comportements. » Il les guide dans leur vie quotidienne, définissant leur existence, les règles pour vivre ensemble et le souci de l’autre et la terre. Il mène toujours leurs vies aujourd’hui et fait ce qu’ils sont, leur connexion physique avec l’un, l’autre et leur terre.

Le peuple Anangu nous demande de ne pas monter sur le rocher, pour les raisons suivantes : culturelles, car il a une grande signification spirituelle, il incarne l’endroit où les ancêtres ont voyagé. Environnementales, car chaque empreinte de pied détruit la roche, et il n’y a aucune infrastructure au sommet du rocher. Et enfin sécuritaires ; on peut lire sur le site que Le peuple Anangu « ressent une grande tristesse quand quelqu’un est blessé ou meurt sur leur terre« .

Bref, le message passe, on comprend qu’il n’est pas correct ni respectueux de braver leur mise en garde – et honnêtement, cela apparaît tout à fait normal.

Et cela n’empêche en rien la stupéfaction et l’admiration que suscite Uluru.

2/ Le Parc National de Kata Tjuta

Avec une superbe randonnée, au coeur des 35 kms carrés du Parc National, et où l’on se retrouve vite plongé dans un univers paranormal ! L’impression d’être tombé dans les décors de Jurassic Parc, prêt à voir surgir à tout moment, un long cou ou pour plus de frissons un T-Rex.

N’ayez crainte de la chaleur que l’on décrit comme insoutenable. C’est tôt, très tôt que la vie démarre dans l’Outback, et c’est à la fraîche que l’on explore ces contrées sorties de nulle part. Je n’avais jamais vu de telles choses, l’expérience est unique et prend par les sentiments. Le tout mené à l’australienne, c’est à dire que rien est oublié, que l’ambiance est là, et qu’on vit ces grandes émotions à 100%.

Et la possibilité en option, de survoler la zone du campement de Kings Creek Station, en hélicoptère, avec la compagnie Ayers Rock Helicopters : magnifique vue sur George Gill et ses couleurs stupéfiantes.

3/ Kings Canyon, et son ascension à 4h du matin pour admirer le levé du soleil au sommet : mon coup de coeur du Trip !

Bonne condition physique exigée, on attaque la marche au bord du Canyon avec 100 mètres d’escaliers raides menant au sommet, pour y admirer une vue, qui ne laisse pas indifférent… Gros moment d’émotions.

Puis l’on enchaîne avec le Mur du Nord, le Jardin d’Eden, le long Mur du Sud, en contemplant des falaises, s’étendant entre 100 et 150 mètres. Cela se passe de commentaires, je vous laisse apprécier…


Toutes les informations et détails pratiques sur WayOutback Australian Safaris, et le 3 Day Uluru Ayers Rock Tour (Cockatoo Tour) par ici.

Une expérience inoubliable, et pour moi, un véritable incontournable d’un séjour en Australie..!

Stay Tuned For Life

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Isabel Osorio (Chili)

    Magnifiques photos. Ca me fait revivre l’expérience. Merci de les partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *